Attiko monopati

 | Jordi Ballesta
Informations pratiques

Du 18 mars 2021 au 8 septembre 2021

Depuis le printemps 2018, un nouveau sentier de randonnée, de création et de recherche urbaines traverse Athènes et son complexe urbain sur plus de 300 kilomètres. Pensé en dix-huit étapes, l’Attiko monopati permet d’aller de centres à centres, périphéries à centres et autres périphéries. 

Dessiné par Jordi Ballesta, géographe, photographe et membre de la coopérative de producteurs de sentiers “Paths of Greece”, le sentier parcourt quartiers populaires, cités-jardins, zones portuaires, sites archéologiques, anciennes carrières, forêts et maquis, plaines maraîchères, centres commerciaux, lits de rivières, massifs montagneux, littoraux jalonnés de résidences secondaires, combes et belvédères…

Si loin si proche de la géographie du GR2013, l’Attiko Monopati interroge les manières contemporaines d’habiter, de construire et d’aménager depuis Athènes jusqu’aux confins de sa région, l’Attique. Conçu comme un observatoire des constructions vernaculaires et des interventions domestiques, ce nouveau sentier invite à se laisser porter dans la capitale grecque, hors de tout véhicule motorisé.

La Vitrine du sentier est soutenue par le Département des Bouches-du-Rhône dans le cadre de la redynamisation du centre-ville de Marseille.

L’Attiko Monopati, tout comme le GR2013 à Marseille, fait partie du réseau européen des sentiers métropolitains, qui comprend notamment les sentiers de Paris, Bordeaux, Londres, Cologne, Milan et Liège. Il est aussi un des terrains d’étude de l’École européenne des sentiers métropolitains, Metropolitan Trails Academy.

Ce travail a fait l’objet d’une exposition à l’Institut Français d’Athènes en février 2020.

À l’occasion de l’exposition sur le sentier métropolitain Attiko Monopati à Athènes, le Bureau des guides du GR 2013 invite son créateur Jordi Ballesta à nous parler de son approche des paysages, de la manière dont a été pensé le sentier et ses futures évolutions. Initié en 2018, le sentier est long de plus de 300 km et se décline en 18 étapes. Embrassant une grande diversité d’espaces, il interroge les manières d’habiter des Athéniens. Un bel outil paysager. 

Arrivé à Athènes dans les années 2000 dans le cadre de recherches doctorales, Jordi Ballesta a déjà une large connaissance de la ville – parcourue à pieds en large et en travers – lorsqu’il rencontre le sentier du GR 2013 et ses créateurs. De cette rencontre naîtra l’envie de concevoir un sentier métropolitain athénien. “J’ai travaillé à partir de plusieurs problématiques : j’étais notamment intéressé par le fait que le sentier puisse être à la fois une création, un lieu de recherche et une infrastructure de transport.” Le bassin d’Athènes, d’environ 15 km sur 30, est entouré de montagnes. Polycentrique et dense, la ville privilégie la circulation automobile. “Dans les imaginaires athéniens il est difficilement concevable de faire plusieurs kilomètres pour aller d’un quartier à l’autre, encore moins de faire plusieurs dizaines de kilomètres à pied pour aller d’un bout à l’autre de la ville.” Rarement conçue selon des critères urbanistiques contraignants, Athènes est davantage organisée pour répondre à des soucis pratiques que pour épouser des critères esthétiques. Jusqu’à ces dernières années, les Athéniens ont longtemps considéré leur espace urbain comme monotone, créer un sentier était alors un moyen de tenter d’appeler de nouveaux imaginaires et de proposer un autre regard, par les pieds.

La pratique de la photographie documentaire tout comme la marche a permis à Jordi Ballesta de s’ancrer dans le territoire et d’avoir cette expérience immersive de la ville, à petite échelle. C’est ce que le géographe, photographe et explorateur américain John Brinckerhoff Jackson appelle le “paysage vernaculaire”: celui des pratiques de tous les jours, utilitaire, et bien loin du paysage-décor, esthétique et peint. “J’ai été progressivement attentif à de nombreuses micro-interventions qui proviennent des habitants et qui souvent débordent sur l’espace public. Il y a énormément d’interventions domestiques qui ne sont pas forcément réglementaires. À petite échelle, il y a une diversité des espaces qui est extrêmement forte, à l’échelle du trottoir, à l’échelle des pièces qui ont été ajoutées aux constructions, etc. C’est ce que j’appelle la Chôrodiversité  du grec “choros” : “espace”.” 

C’est finalement ce jeu entre les échelles que permet le sentier. “Alors qu’on pourrait concevoir que le mélange d’interventions publiques et privées est porteur de désordre, grâce au sentier et à son échelle, on comprend que les logiques habitantes participent à  une coproduction de la ville et à un enrichissement de ses espaces en nombre et en qualité.”

En mettant de côté outils de géolocalisation et cartes, Jordi Ballesta choisit l’orientation par les sens et propose un réel parcours par le corps. Les photographies viennent s’adosser et structurer l’expérience paysagère de la proximité en interrogeant les phénomènes urbains rencontrés sur la route. “J’ai remarqué que ce qui était décrit par les documents administratifs de la ville pouvaient être éloignés de la réalité, la photographie m’a permis de documenter et d’interroger ces phénomènes, dans une démarche de prise de notes et de prélèvement d’informations.” Utilisées pour retracer un itinéraire, les images deviennent aussi vecteur de relation et de discussion avec les habitants autour des changements de leur quartier.

Aujourd’hui, le sentier Attiko Monopati est un outil de recherche et d’exploration de la ville que les athéniens ont encore à découvrir. Parmi les rêves d’avenir : faire du sentier un outil de constitution et de transmission du patrimoine culturel d’Athènes, celui des manières d’habiter et de vivre la ville. “Il est important de montrer qu’il y a une richesse urbaine qui peut faire patrimoine et donc qui peut être transmise et valorisée. C’est un projet à long terme qui implique que le sentier s’imprime réellement dans les imaginaires urbains au-delà d’une petite communauté de marcheurs.”

Entretien par Johanne Baudy

Informations pratiques

18 mars - 08 septembre 2021

Du lundi au vendredi de 10h à 17h