(Dé)couvrir les montagnes…

Une balade-performance au cœur du Parc de La Barasse

« Trois sources guidèrent les voyages parmi les peuples établis sur les ruines du monde romain : le zèle de la religion, les ardeurs conquérantes, l’esprit d’aventure et d’entreprise, mêlé à l’avidité du commerce. Qu’est-ce qui nous pousse à voyager de nos jours ? Quel type de voyageur·euse peut-on être dans ce monde ? »
La balade (Dé)couvrir les montagnes … s’appuie sur un récit de voyage créé par une collaboration entre l’artiste Flo Kasearu et la chercheure Sara Bédard-Goulet, publié en français et en anglais à l’automne 2020 dans le cadre du programme Les Parallèles du Sud de la Manifesta 13. Ce livre relate un voyage vers Marseille pendant la pandémie de coronavirus, explorant divers lieux sur la route. (Dé)couvrir les montagnes … est aussi un voyage imaginaire qui, à travers l’écrit et le dessin de voyage, décrit la culture et le paysage dissimulés du parc de La Barasse, connu pour ses montagnes rouges.
La balade guidée par Flo Kasearu et Sara Bédard-Goulet aura lieu au parc de La Barasse (départ à l’entrée du parc à 14h30) et se terminera par un apéro en compagnie des performeuses.
 
_______________
 
Flo Kasearu vit et travaille à Tallinn au Flo Kasearu House Museum, qu’elle a fondé en 2013. Sa pratique orientée vers l’activité touche à la vidéo, la photographie, la peinture et l’installation. Ses œuvres sont saisonnières et exploratoires, opérant unedissection des problèmes à un niveau de base et évoquant des sujets tels que la liberté, le patriotisme et le nationalisme, la violence domestique et la tension entre les espaces publics et privés. Travaillant souvent de façon rapide et réactive, Flo Kasearu répond à de multiples processus sociaux avec un sens de l’humour raffiné, et en élevant au grade d’œuvres d’art des événements biographiques aux apparences banales.
 
 
Sara Bédard-Goulet est professeure ASTRA en études romanes au Collège de langues et cultures étrangères de l’université de Tartu (Estonie). Ses sujets de recherche de prédilection dans le champ de la littérature francophone contemporaine sont les théories de la réception de la lecture, les liens entre littérature et psychanalyse, l’écocritique et la géopoétique. Elle co-édite actuellement une collection d’articles sur la représentation de forêts septentrionales et travaille sur une monographie portant sur l’habitation contemporaine dans les romans de l’auteur français Jean Echenoz.

Le jeudi 14 octobre à 14h, Flo Kasearu et Sara Bédard-Goulet interviendront dans le cadre du séminaire Images en transit du Laboratoire d’études en sciences des arts de l’Université d’Aix Marseille. Informations : https://lesa.univ-amu.fr/ Inscriptions : https://www.billetweb.fr/decouvrir-les-montagnes-images-d-un-non-voyage

Informations pratiques

16 octobre 2021

14h30-17H

La balade guidée par Flo Kasearu et Sara Bédard-Goulet aura lieu au parc de La Barasse (départ à l’entrée du parc à 14h30) et se terminera par un apéro en compagnie des performeuses.

Points de vues d’adoptants

Du 19 octobre 2021 au 15 janvier 2022

L’Observatoire photographique du paysage depuis le GR®2013 est un projet mené par Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth depuis 2012 dans le cadre de Marseille Provence 2013, Capitale européenne de la culture.

Il documente en 100 photographies  la grande richesse des paysages de la métropole qui révèlent un frottement perpétuel entre ville et nature. Il consiste à mettre en place sur le territoire, un système de veille photographique des paysages grâce à la reconduction périodique et régulière.

Projet artistique de représentation des paysages usagés de la métropole, il interroge le protocole des Observatoires du Paysage en inversant les notions de commanditaire/commandité, et en considérant les images produites comme proposition d’analyses et non comme illustrations de problématiques connues.

70 des 100 photographies ont été adoptées par les habitants pour en assurer les reconductions depuis 2012. Les 30 restantes ont été reconduites annuellement par les créateurs de l’OPP, Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth.

À travers cette exposition, les adoptants des points de vue dressent le bilan de leur observation aux travers d’images et de paroles.

La Vitrine du sentier est soutenue par le Département des Bouches-du-Rhône dans le cadre de la redynamisation du centre-ville de Marseille.

L’OPP depuis le GR2013 est soutenue par  Aix Marseille Provence Métropole et le FRAC Paca. Il a été créé grâce à une  commande publique du Ministère de la Culture et de la Communication – Centre National des Arts Plastiques ; coproduction Marseille-Provence 2013, avec les participations de la Mission Interministérielle, Projet Métropolitain et de la mission France Territoire Liquide.

Informations pratiques

19 octobre - 14 janvier 2022

Du lundi au vendredi de 10h à 17h

Vernissage le mardi 19 octobre 2021 à 18h au 152 Canebière 13001 Marseille

S’exposer au vent

Conversations autour du projet d’éoliennes flottantes dans le golfe du Lion : le 2 octobre 2021

La programmation pluriannuelle de l’énergie prévoit qu’en 2030, 40% de l’électricité provienne de sources renouvelables. Pour parvenir à cet objectif, elle prévoit d’attribuer en Méditerranée, en 2022, deux parcs éoliens flottants commerciaux de 250 MW chacun et de leurs extensions, de 500 MW chacune. C’est l’ensemble de ce projet qui est soumis au débat public. Selon le Code de l’environnement (art L121-1), un débat public doit permettre de débattre de l’opportunité d’un projet, de se questionner sur des solutions alternatives et des enjeux de société qu’il sous-tend.

Que l’on soit pêcheur.se, paysagiste, juriste, habitant.e, ornithologue, historien.ne de l’énergie ou ingéneur.e en éolienne, les questions que l’on adresse aux futurs parcs éoliens flottants ne sont pas les mêmes. Il souffle pleins de vents, parfois contraires, alors prêtons une attention à toutes les brises pour apprendre à s’orienter et éprouver collectivement le futur…

Un premier temps d’enquêtes collectives visant à mettre en commun questions, connaissances, points de vue et enjeux avec différentes communautés concernées a eu lieu cet été.

A partir de toutes ces explorations et conversations estivales, une grande marche entre la mer et la terre, le vent et les fonds, nous attend ce samedi 2 octobre. Un parcours en bateau de Port de Bouc puis à pied dans la vaste paysage de Port St Louis nous amènera à éprouver les échelles, déplier l’énergie, interroger notre rapport à la mer. Des interventions de chercheurs, d’usagers ou d’acteurs du projet seront revisitées et mises en discussion par les artistes associés et par l’expérience située de la balade.en compagnie de l’artiste Camille Goujon, du collectif SAFI, des chercheurs Alain Nadai (Socio-économiste des enjeux énergétiques), Fabien Bartolotti (historien de l’énergie), Laurence Nicolas (anthropologue) et Marie-Laure Lambert (juriste de l’environnement), de Bernard Genet (ancien agent du Grand port de Marseille), Pierre-Yves Hardy (WWF),  Yves Henocque (écologue marin), Vincent Baggioni (animateur régional du réseau Energies Partagées) et de ceux et celles concernées par le projet qui ont marché avec nous tout l’été.

MARCHES EXPLORATOIRES

  • La première marche du 9 juillet sous forme d’une navigation de Port de Bouc à Port Saint Louis. Elle nous exposera aux paysages énergétiques du golfe de Fos et à ceux plus invisibles des fonds marins. En compagnie de Bertand Folléa, paysagiste directeur de la chaire paysage de la transition énergétique, Marie-Laure Lambert, chargée de recherches en droit de l’environnement, Yves Henocque, écologue marin questionnant les modes de gouvernances maritimes.
  • La seconde du 31 août dans les sansouires Port Saint-Louisiennes pour porter notre attention sur les mobilités éoliennes et animales. En compagnie d’Arnaud Bechet, Écologue de la Tour du Valat, Alain Nadaï, Socio-économiste des enjeux énergétiques, Stéphane Arnassant, Responsable du pôle biodiversité et patrimoine naturel du Parc naturel régional de Camargue, Laurence Nicolas, anthropologue et Christelle Gramaglia, sociologue.

  • La troisième le 9 septembre aux alentours de l’anse de Gloria en nous invitant à converser sur les usages du littoral et de la mer, les politiques énergétiques et économiques ainsi que la place des communautés concernées dans les processus décisionnels. En compagnie d’Olivier Labussière, socio-économiste des enjeux énergétiques et Vincent Baggioni, animateur régional du réseau Energie Partagée.

  • Balade publique le 2 octobre à Port-de-Bouc.
Journal La Provence, le 15 juillet 2021

DANS LE CADRE DU DÉBAT EOS – QUELLES ÉNERGIES EN MÉDITERRANÉE ?

PARTICIPEZ AU DÉBAT DU 12 JUILLET AU 31 OCTOBRE 2021

Informations pratiques

02 octobre 2021

9-18h

Marche publique le samedi 2 octobre 2021 de 9h à 18h à Port de Bouc Rdv à 9h au point indiqué ci dessous : La Boule dorée Quai de la Liberté, 13110 Port-de-Bouc Retour aux environs de 18H. INFOS PRATIQUES Rdv à 9h au point indiqué ci dessous : La Boule dorée Quai de la Liberté, 13110 Port-de-Bouc Retour aux environs de 18H. POUR LES PERSONNES VENANT DE MARSEILLE Si vous venez par le train du matin (Marseille Saint Charles 7h44--> Port de Bouc 8h42) , un bus sera affrété pour un retour à Marseille aux alentours de 19h. POUR LES PERSONNES VENANT D'AILLEURS Vous pouvez organiser votre covoiturage ( par ici --> https://www.togetzer.com/covoiturage-evenement/c6508a) et on se donne rdv à 9h à la Boule Dorée. À la fin de la marche, un bus vous redéposera à Port-de-Bouc. POUR TOUS Pensez à prendre pique-nique, eau, chapeau/ombrelle, stylo, bonnes chaussures et vetements adaptés à la météo. !!! Pass Sanitaire à présenter sur le trajet maritime et bus !!!

Voix d’eau

Chaque premier dimanche du mois (sauf août et janvier) à 11h : une conférence sauvage aux Aygalades

Écouter les histoires d’un ruisseau : une série de points de vue pour entendre parler du territoire de l’eau. Voix d’eau est un cycle de conférences sous la Cascade des Aygalades.  

Au fil des rencontres, il propose une série de points de vue pour entendre parler du territoire de l’eau et plus particulièrement du devenir du Ruisseau des Aygalades.

Dimanche 7 novembre 2021 à 11h

Jardiner le ruisseau


« Qui n’est jamais allé un jour au milieu de son lit caresser et écouter l’onde ne sait pas ce qu’est une rivière. Dans la vie d’une rivière qui traverse les territoires habités par les humains, il est nécessaire de veiller à son écoulement en ôtant les embacles et ce qui pourrait aggraver les inondations lors des crues. Arbres morts, branches, déchets divers peuvent obstruer les cours d’eau et font s’amonceler de grandes quantités de sédiments, transformant ainsi le tracé naturel et pouvant causer d’importants dégâts sur les infrastructures, les cultures, l’habitat. Ce matin, nous étions 7 à nous dévouer pour nous occuper d’un tronçon d’environ 1km du Tholon, le cours d’eau qui traverse notre commune. Si nous avons vu Martin-pêcheur, sangsue, lamproie et traces de ragondins, on ne peut pas dire qu’une grande quantité de poissons soit apparue pendant notre travail un peu pénible mais réellement satisfaisant et convivial. Une belle façon de découvrir, redécouvrir et prendre soin de la rivière! « 
Apprendre à désapprendre, laisser faire, prendre soin. En prenant l’exemple de l’observation du Tholon, ou encore du jardin du Flérial où le paysagiste fait d’un lieu improbable une réserve de biodiversité et en même temps son lieu de travail, Eric Lenoir questionnera avec nous la place de l’intervention humaine dans un processus de renaturation.


Éric Lenoir est paysagiste-jardinier, son parcours atypique lui a permis d’aborder le jardin sous la plupart de ses aspects, en pratiquant un jardinage punk, émancipé des règles horticoles traditionnelles, où les végétaux reprennent leurs droits et où la biodiversité foisonne. Eric Lenoir est lauréat du concours Jardiner Autrement 2018. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont « Plantes aquatiques & de terrains humides » (2016) aux éditions Ulmer et le « Petit traité du jardin punk » (Prix St Fiacre 2019) aux éditions Terre Vivante.

ATTENTION : contrôle des passes sanitaires pour les accès à la conférence !

Un dimanche aux Aygalades

LE RENDEZ-VOUS CURIEUX ET GOURMAND AU NORD DE MARSEILLE

Tous les premiers dimanches du mois • 9h > 14h

Un dimanche par mois La Cité des arts de la rue, La Cité de l’Agriculture et Le Bureau des Guides – GR 2013 conjuguent leurs prédilections pour vous proposer Un dimanche aux Aygalades :

– un marché de producteur
– une conférence sur le thème des ruisseaux urbains à 11h
– un accès aux jardins de la Cascade des Aygalades
– des rendez-vous artistiques

Informations pratiques

07 novembre 2021

11h-12H30

Jardiner le ruisseau « Qui n'est jamais allé un jour au milieu de son lit caresser et écouter l'onde ne sait pas ce qu'est une rivière. Dans la vie d'une rivière qui traverse les territoires habités par les humains, il est nécessaire de veiller à son écoulement en ôtant les embacles et ce qui pourrait aggraver les inondations lors des crues. Arbres morts, branches, déchets divers peuvent obstruer les cours d'eau et font s'amonceler de grandes quantités de sédiments, transformant ainsi le tracé naturel et pouvant causer d'importants dégâts sur les infrastructures, les cultures, l'habitat. Ce matin, nous étions 7 à nous dévouer pour nous occuper d'un tronçon d'environ 1km du Tholon, le cours d'eau qui traverse notre commune. Si nous avons vu Martin-pêcheur, sangsue, lamproie et traces de ragondins, on ne peut pas dire qu'une grande quantité de poissons soit apparue pendant notre travail un peu pénible mais réellement satisfaisant et convivial. Une belle façon de découvrir, redécouvrir et prendre soin de la rivière! " Apprendre à désapprendre, laisser faire, prendre soin. En prenant l'exemple de l’observation du Tholon, ou encore du jardin du Flérial où le paysagiste fait d'un lieu improbable une réserve de biodiversité et en même temps son lieu de travail, Eric Lenoir questionnera avec nous la place de l'intervention humaine dans un processus de renaturation. Infos : info@lacitedesartsdelarue.net ou par téléphone : 04 13 25 77 13 ATTENTION : contrôle des passes sanitaires pour les accès à la conférence !