Un nouveau sentier à Toulon

Telle l’écume de mer qui recouvre des zones de l’estran, le Sentier Métropolitain de Toulon Provence Méditerranée est dans cette épaisseur, dans cet entre-deux, à la lisière entre terre et mer. Ses grandes bulles nous transportent du sentier du littoral, l’ancestral sentier des douaniers, jusqu’aux monts toulonnais (Faron, Coudon, Baou de Quatre Auro, Gros Cerveau et Caume) où serpentent le GR51, le GR99 et autres sentiers de randonnée. Elles guident nos pas à la recherche de ce qui lie l’entre-monts-et-mer où s’est constituée la trame urbaine de la Métropole Toulon Provence Méditerranée, le long des petits fleuves côtiers toulonnais. 

L’ÉCUME, comme acronyme d’ÉCologie Urbaine Méditerranéenne, pourrait être le nom du Sentier Métropolitain de TPM : le récit d’une métropole dont chaque commune s’adapte au changement climatique en tirant parti des bénéfices de la nature en ville.

Cette épaisseur côtière est marquée par une histoire longue de peuplement et ce sont toutes les trajectoires de l’eau et les manières dont les humains s’y sont liés qui permettent de la comprendre. Les communes de la métropole ont toutes cette histoire commune. Faire avec l’eau douce, entre mer et monts.

Le Sentier Métropolitain de TPM se constitue de trois grandes boucles principales, reliant toutes les communes de la métropole. Trois boucles donc trois récits qui tissent ensemble une histoire commune.

Boucle centrale : une source et deux fleuves détournés 

Toulon. Étymologie : Telo, pied de montagne ou source, du nom du Dieu Celtique, esprit de la source dite de Saint-Antoine où s’abreuvaient les premiers toulonnais. La boucle centrale tourne autour du mont Faron en suivant les deux fleuves côtiers dont les chevelus hydrographiques se départagent leurs eaux entre le Revest-les-Eaux et la Valette-du-Var : le Las et L’Eygoutier (qu’on nomme aussi la rivière des amoureux). Sous la domination romaine, Telo devient « Telo Martius » du nom du dieu latin de la guerre, le pied de montagne possède une particularité naturelle qui le dédiera à un usage militaire, sa rade. Les deux fleuves-côtiers s’y jetaient jusqu’à ce que Vauban, ingénieur royal sous Louis XIV au XVIIème siècle, ne les détourne pour lutter contre l’envasement de la précieuse rade. Les eaux qui ont donné naissance à la ville ont été détournées. Aujourd’hui encore, l’eau potable vient en grande partie du barrage des Dardennes, qui interrompt le cours du Las pour rassembler toutes les eaux de cette vallée peuplée de sources. 

Cette boucle centrale suit les cours d’eau, raconte leurs détournements, la qualité géographique de leurs anciennes embouchures. En proposant de les remonter, le sentier donne à voir d’anciens savoirs vernaculaires avec l’eau, les jardins, les béals, les moulins, mais aussi des formes plus récentes de bassins de rétention exemplaires ou le projet de restauration du tronçon busé de la Ripelle, affluent du Las… L’eau coule des monts, et l’eau est source de vie si l’on sait faire avec. De cet acte de détournement fondateur, le Las devient Rivière Neuve et l’Eygoutier abandonne les anciens marais salants du quartier de la Rode pour se jeter en souterrain vers le Mourillon. La rade est préservée des dynamiques sédimentaires et on érige les remparts. Aujourd’hui que les remparts se transforment en arc vert, se pose à nouveau cette question : comment hériter de ce détournement qui a consacré Toulon à son histoire militaire, lorsque l’on sait l’importance de réapprendre à faire avec l’eau pour garder des villes habitables ?

Boucle ouest : un trait de côte et deux canaux bien différents

La Seyne-sur-Mer. Étymologie : la Sagne, roseau des mers qui peuplaient ces zones autrefois marécageuses. La boucle suit ici le trait de côte. L’ancienne ville industrielle aujourd’hui balnéaire, dont l’histoire populaire a été le ventricule gauche du cœur de la métropole qu’est la rade, a artificialisé son trait de côte. On a avancé sur la mer et les marécages de roseaux ont disparu. On a stabilisé l’isthme de Saint-Mandrier. En reliant conchyliculture et station climatique huppée début XXe sur la corniche Tamaris, jusqu’au nouveau centre de technologie de la mer, ce tronçon nous raconte les relations à une mer qui aujourd’hui reprend du terrain. En s’éloignant de la mer, on a dû apprendre à faire avec l’eau douce. 

La partie Nord de la boucle suit le canal des arrosants, dont la prise d’eau se fait sur la Reppe, autre fleuve-côtier important. C’est un très vieux canal, datant du XVe siècle. Il a fait les heures de gloire de l’horticulture à Ollioules. Par son Sud, elle traverse Six-Fours-les-Plages, en reliant d’anciens hameaux agricoles, dissimulés dans l’étalement urbain. En dehors de Fabregas, irrigué par l’Oïde descendant du mont du cap Sicié, on n’y trouvera pas de grand domaine agricole comme au nord. Il n’y avait que peu d’eau et l’on vivait de cultures sèches ou de petites polycultures qui organisaient le territoire en hameaux. L’arrivée du Canal de Provence dans les années soixante, technologie de l’eau ultra moderne amenant l’eau du Verdon sous pression, rebat les cartes et permet ce déploiement résidentiel qui rend le territoire parfois difficilement lisible. La relation à l’eau s’invisibilise mais la boucle propose de la convoquer à nouveau dans nos géographies mentales.

À l’est : deux zones humides et une vallée agricole 

Boucle est : Hyères. Étymologie : Eyras, l’aire, fort probablement en référence aux grandes aires de séchage de sel. La Boucle Est relie cette grande zone humide salée que sont les vieux salins et les salins des Pesquiers, à l’une des dernières grandes zones humides littorales d’eau douce : le Plan, véritable central park métropolitain, à cheval entre le Pradet et la Garde. Le sel a fait la richesse d’Hyères et le Plan dévoile le potentiel écologique d’un fleuve comme l’Eygoutier, et l’importance des espaces d’expansion de crues.  Une troisième grande histoire d’eau se rencontre sur la boucle Est. Celle de la vallée du Gapeau en suivant l’une de ses dérivations : le canal Jean Natte. Ce canal a permis le développement agricole et horticole de Hyères et de la Crau. On y croise des serres en abondance, plus ou moins désaffectées, nous rappelant cette grande histoire de la fleur coupée. “Hyères-les-Palmiers”, entre la puissance du sel et la puissance de l’eau douce, est devenue la ville-jardin, la cité plantée. Ses jardins d’acclimatation qui exportaient ses orangers jusqu’à Versailles résonnent comme une ressource précieuse dans le contexte climatique actuel. 

Cette boucle s’ouvre sur les grands espaces agricoles, horticoles, salicoles et vinicoles de la métropole jusqu’aux cultures en restanque et du Canebas sur la commune de Carqueiranne. Elle permet d’en comprendre l’histoire parfois complexe, allant de formes industrielles jusqu’au jardins partagés expérimentaux, dans ses relations avec les cours d’eau existant, auxquels s’ajoutent à ceux précités le Roubaud, le Grand Vallat et tant d’autres. Ces fleuves, selon leur définition, se jettent dans la mer, et l’avancée du biseau salé, l’intrusion du sel dans les nappes souterraines, nous mettent face à l’importance de la conversation atemporelle entre l’eau douce et l’eau salée. C’est dans cette conversation qu’il nous faut apprendre à habiter.

Le projet Nature 4 City Life est un projet coordonné par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, avec la ville de Marseille, la métropole Aix-Marseille Provence, la métropole Toulon Provence Méditerranée, la métropole Nice Côte d’Azur, Air Paca, le Laboratoire Ecologie Population Développement (université AMU), le Bureau des guides du GR2013.

Pensez avec les pieds

Des balades apprenantes pour cultiver les savoirs

Entendre avec son dos 

C’est d’abord dans l’engagement physique que le sens se crée. J’entends souvent le malaise gronder dans mon dos, lorsque nous traversons à pied les quartiers de Marseille. Nos marches ne sont pas des visites guidées mais des réflexions collectives riches en apparitions, et lorsque nous passons ensemble un petit front de guerre sociale, l’émotion gronde. Je vous entends, vous qui marchez, mal à l’aise dans le contact physique avec l’exclusion violente ou l’injustice. Pour passer, il y a l’humour ou le désir de ne pas se laisser séparer entre parties de ville, le désir d’hostire entre citoyens.

C’est insuffisant et un brin « gnan-gnan » – et pourtant nous sommes de plus en plus nombreux à marcher entre parties de ville qui ont été antagonisées. Longue tradition du corps à corps sans intermédiaire qui avait mis en toute en 1983 la Marche pour l’égalité et contre le racisme (…)

Mais nous qui marchons, pris dans les circonstances du microfront de guerre sociale, c’est trop souvent le modèle muséal que nous brandissons en protection face à la remontée de refoulé collectif. La sensation de 200 ou de muséification de la ville se dit avec violence, se ressent dans le corps en marche. Une sensation qui ne renvoie pourtant qu’à soi-même, à son propre savoir comme pouvoir; surpris en incultes de la Vie. Je perçois dans mon dos la profonde émotion de celles et ceux qui se rencontrent, le débat intérieur qui les assourdit. Alors je suis assurée que cette ville que nous sommes en train de penser avec les pieds ne s’entend plus.

Petits front de guerre sociale – récit d’hospitalité n°7 : Christine Breton

Je ne puis méditer qu’en marchant ; sitôt que je m’arrête, je ne pense plus, et ma tête ne va qu’avec mes pieds.

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, dans Oeuvres complètes, t.1, paris, Le Seuil, « L’intégrale », 1967 p.279

Expérimentons de nouvelles formes d’éducation populaire pour faire face aux enjeux de la crise écologique

1/ S’informer, se sensibiliser et faciliter l’émergence d’une connaissance complexe chez les divers acteurs de la ville (habitants, professionnels, élus) sur le rôle multifonctionnel des infrastructures vertes et bleues (IVB), les lisières urbaines et les thématiques de la transition écologique.

2/ S’approprier activement les enjeux et s’impliquer grâce à une approche narrative, basée sur l’exploration sensible et la conversation située.

3/ Constituer une connaissance partagée par l’interaction des savoirs et des personnes. Articuler nos savoirs de terrain et notre pensée théorique pour favoriser le « concernement ».

La gazette du Ruisseau : et de 4 !

Pour prendre des nouvelles du fleuve côtier Caravelle-Aygalades

La gazette du Ruisseau // N°1 2020

La gazette du Ruisseau // N°2 2021

La gazette du Ruisseau // N°3 2022

La gazette du Ruisseau // N°4 2023

La rédaction a été assurée par les membres du collectif des Gammares.
Ce journal a été imprimé par CCI (Marseille) et mis en page par Pierre Tandille.
Il est soutenu par le projet européen Nature For City Life porté par la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, par l’Agence de l’eau RMC dans le cadre du Contrat de baie de la Métropole Aix Marseille Provence ainsi que par l’Établissement Public d’Aménagement et de Gestion des Eaux « Huveaune Côtiers Aygalades » (EPAGE HuCA).

Voix d’eau

Une conférence sauvage aux Aygalades

Écouter les histoires d’un ruisseau : une série de points de vue pour entendre parler du territoire de l’eau. Voix d’eau est un cycle de conférences sous la Cascade des Aygalades. Au fil des rencontres, il propose une série de points de vue pour entendre parler du territoire de l’eau et plus particulièrement du devenir du Ruisseau des Aygalades.

Prochaines conférences –>

Dimanche 05 février 2023 – Avec Christine Breton
L’internationale matrimoniale des Bassins-versants

+ Sortie de la Gazette du Ruisseau n°4 !

Dans les poubelles de l’histoire, il y a des mots qui traînent. On ne sait pas toujours bien s’il est opportun de les en sortir, si on arrivera à les décrasser pour leur donner une vie nouvelle. Ces mots déchus, les rêves qu’ils contenaient, dessinant les strates de ce qu’on range sous le mot « passé », qu’est-ce qu’on en fait ? On les brule ? On les enterre ? On les stocke jusqu’à en retrouver un usage, quitte à ce qu’il soit un peu trop facilement disponible ? Ou est-ce qu’on les composte ? On les décompose pour en faire un terreau dépollué ? On les restaure pour les remettre dans les grandes circulations des pensées qui tissent nos sens en commun ? Les rivières nous somment d’être là, elles nous demandent également de (nous) sédimenter à travers le temps et l’espace. Pour la sortie de la gazette numéro 4 du collectif des gammares, traitant de nos rapports aux déchets, Christine Breton nous invite à une réflexion pour apprendre à se recomposer dans le temps et dans l’espace. Convoquer les fantômes pour penser une école des bassins-versants…

En charge d’une mission de patrimoine intégrée dans les quartiers nord de Marseille entre 1995 et 2013, Christine Breton a amorcé les retrouvailles avec le fleuve-côtier Caravelle. Au-delà de l’oubli des humains, elle a des années durant exploré et partagé avec les habitant.e.s une relecture active du ruisseau comme prolongement de la ville portuaire. Elle était venue nous raconter cette histoire en 2018 lors de la conférence inaugurale du cycle Voix d’eau. Depuis, ses aventures l’ont conduite au bord du Doux, petite rivière ardéchoise, affluent du Rhône. Elle re-vient pour une invitation. Une invitation à parlementer, mais surtout à mentir vrai.

Voix d’eau fait partie d’un rendez-vous gourmand et curieux au sein des quartiers nords de Marseille : Un dimanche aux Aygalades

Tous les premiers dimanches du mois (sauf janvier et août) • 10h > 14h

Un dimanche par mois Lieux publics et Le Bureau des Guides – GR 2013 vous proposent Un dimanche aux Aygalades :

– un marché de producteur
– une conférence sur le thème de l’eau à 11h
– un accès aux jardins de la Cascade des Aygalades
– des rendez-vous artistiques

Informations pratiques

05 février 2023

11h-12H30

Infos : info@lacitedesartsdelarue.net ou par téléphone : 04 13 25 77 13 Restauration possible sur place.