Les balades des transitions

Mettre en conversation et en situation quelques thématiques importantes de la transition écologique à Marseille

Les balades des transitions mettent en conversation et en situation quelques thématiques importantes de la transition écologique à Marseille.

Elles incluent des approches thématiques mais sont en elles-mêmes des expériences pour articuler autrement des registres de connaissances et des relations d’échanges entre citoyens, élus, agents des collectivités, chercheurs.

Elles sont guidées par les artistes-marcheurs avec des communautés porteuses d’initiatives territoriales et/ou thématiques, et peuvent associer des intervenant.es invité.es au fil de la conversation.

Les balades seront proposées en juin en alternance en journée et soirée afin de mobiliser divers publics, et en septembre sous forme de journée complète pour favoriser la rencontre et les échanges entre les participants.

 

Lundi 6 juin 2022

Littoral Port /9h30-12h30 Avec Nicolas Mémain et la coopérative Hôtel du Nord

Des Terrasses du port au quai de la Lave suivi d’un pique-nique partagé. 

Lundi 6 juin 2022

Littoral Fleuve / 17h-20h Avec le collectif SAFI et le collectif des Gammares 

De la Joliette à Bougainville  

Lundi 20 juin 2022

Littoral Fleuve/9h30-12h30 Avec le collectif SAFI  et le collectif des Gammares 

De Gèze à la cascade des Aygalades suivi d’un pique nique partagé à la Cité des arts de la rue . 

Lundi 20 juin 2022

Littoral Port /17h-20h Avec Nicolas Mémain, la coopérative Hôtel du Nord et le collectif du quai de la Lave.

De la digue du Large au quai de la Lave suivi d’un temps convivial.

Balades des transition session #1 – juin 2022

du littoral au bassin versant

La notion de Littoral désigne communément le bord de mer, l’interface entre l’étendue maritime et la terre ferme. 

Dans le cas de Marseille, cette bande de terre est en grande partie remblayée sur la mer et s’appelle Grand port Maritime de Marseille.

Mais le littoral est aussi une forme et son échancrure peut former une baie, propice à des anses portuaires. La baie c’est aussi des milieux naturels qui sont reliés à l’eau des fleuves, à des bassins versants.  

Il est communément admis que Marseille s’est développée et a construit son emprise territoriale, son économie et ses usages dans la relation à ses ports (le port antique, le vieux port puis les différentes extensions vers le nord qui constituent aujourd’hui la Grand Port Maritime jusqu’à l’Estaque). 

Mais qu’en est-il aujourd’hui de la compréhension de cette histoire portuaire dans ses multiples acceptations? Quelles cultures associées pouvons-nous encore partager quand les usages du port par la population sont très limités, l’accès à la mer quasi impossible dans une grande partie de la ville, et les projets peu connus au-delà de la visible activité de transports (passagers, croisières ou fret containers) ? 

La culture portuaire pourrait-elle aussi être la culture de la baie, de la baie comme à la fois, espace d’usages mais aussi d’habitats, de corridors pour d’autres vivants dont nous avons besoin pour nous-mêmes habiter ? 

La culture portuaire pourrait-elle être aussi celle des fleuves ? Dans le cas du littoral portuaire de Marseille, le petit fleuve côtier Aygalades Caravelle entretient de nombreuses relations avec les milieux marins qu’il finit par rejoindre, malgré la forte dégradation de son fonctionnement. Mais il porte aussi en lui toute une histoire de zone arrière portuaire qui dit le développement urbain, social, paysager de la ville du 19ème et du 20ème siècle. 

Parler de transition à partir du littoral permettra d’aller à la rencontre de ces dimensions plurielles pour, sans craindre la complexité, amorcer des manières de s’y relier par une connaissance plus partagée de la baie tant dans ses fonctions portuaires, ses usages maritimes que son fonctionnement écologique.

Balades des transition session #2 – septembre 2022

sur les chemins de l’agriculture urbaine

 

L’histoire agricole de Marseille est d’emblée une histoire urbaine, au sens où elle n’apparaît dans la forme maraîchère (qui forme la plupart des imaginaires de l’agriculture en milieu urbain) que tardivement, suite à la construction à l’aménagement lourd du canal de Marseille. Elle passera ainsi d’un agriculture sèche, méditerranéenne au terradou, terroir fertile qui conduit la ville à connaître jusqu’à l’urbanisation des années 50 une auto-suffisance alimentaire.

Percevoir les enjeux de l’agriculture urbaine, aujourd’hui nécessite de retrouver le sens à la fois de ce terroir, de son urbanisation massive d’après-guerre, laissant une portion congrue du territoire à l’activité agricole. Mais c’est aussi se re-sensibiliser à cette question de l’eau, de sa présence ou de son absence, de sa provenance et ses interdépendances qui l’accompagnent, dans un contexte de réchauffement climatique.

Ces balades nous inviteront à partager l’agriculture urbaine comme une manière d’observer la ville dans son épaisseur temporelle, sa complexité paysagère, la géographie de ses usages. Mais elles iront également à la rencontre des recompositions possibles pour retrouver à la fois une capacité de production locale mais également les gestes de la terre, entre nécessités de production, besoins de réinvestir socialement  les imaginaires de l’alimentation et enjeux de biodiversité.

Lundi 12 septembre 2022 / Journée entière

Agriculture #1 

Avec Nicolas Memain

De la traverse Paul à la Ferme du Roy d’Espagne

 

Lundi 26 septembre / Journée entière

Agriculture #2

Avec Nicolas Memain et le collectif SAFI 

De la Ferme du Collet des comtes au Vallon haute douce

 

Informations pratiques

Tous dans le sable, les yeux dans l’eau

Les pantalons retroussés, une épuisette, un aquascope et un microscope digital à la main, nous partirons à la découverte de la biodiversité de l’étang de Berre. 

Notre mission sera d’observer le plus finement possible des espèces rencontrées et de répondre aux quelques questions comme:

Existe-il des plantes qui fleurissent sous l’eau ? 

Pourquoi  Mnemiopsis leidyi est une espèce invasive ?

Comment expliquer que certains coquillages ont un trou parfait sur la coquille?

Quelles sont les relations que l’homme entretient avec les différentes espèces observées ?

Une balade riche en découvertes et anecdotes pour les grands et les petits.

Avec Vanessa SARRAZIN

 

Informations pratiques

21 mai 2022

14h à 16h30

De 14h à 16h30 à partir de 7 ans réservations auprès de la mairie de Saint Chamas

Le printemps de Vivaldi à Saint-Chamas

Cette balade d’une journée dessinera pas à pas un portrait de ville du point de vue d’un touriste partie en voyage à la recherche des différentes formes urbaines et du rôle qu’elles laissent à la nature: intime ou grandiose, sauvage ou jardinée, privée ou collective. 
 
En suivant l’esprit collectionneur de Nicolas Mémain, le printemps à Saint-Chamas deviendra une symphonie pédestre inspirée du Printemps de Vivaldi qui nous invitera à explorer cette si particulière petite commune. On y apprendra ensemble comment la nature rend service à la vie urbaine, et de l’aide qu’elle nous apportera pour s’adapter au changement climatique.

Informations pratiques

22 mai 2022

9-16h

Journée marchée d’environ 12km avec pique-nique tiré du sac, départ et arrivée de la gare Pour les Saint-Chamasséns Départ à 9h Pour les marseillais départ Saint-Charles à 8:06 arrivée Saint-Chamas à 8:44 retour Saint-Chamas à 16:10 ou 16h45 (arrivée à Saint-Charles 16:53 ou 17:37)

La Fête du Ruisseau 2022

Trois week-end pour prendre soin du fleuve côtier Caravelle/Aygalades

Un bassin versant est quelque chose de merveilleux à prendre en compte : par son processus (pluie, cours d’eau, évaporation des océans), chaque molécule d’eau sur Terre fait le grand voyage tous les deux millions d’années. La surface de notre planète est sculptée en bassins versants – une sorte de ramification familiale, une charte relationnelle et une définition des lieux. 

Pour le bassin versant, la ville, ses carrières et ses autoroutes sont éphémères et ne comptent pas plus qu’un rocher qui tombe dans le ruisseau ou qu’un glissement de terrain qui bouche temporairement la voie. L’eau sera toujours là et elle arrivera toujours à se frayer un passage. Aussi contrainte et polluée que soit Caravelle, notre Aygalades, on peut dire qu’elle est vivante et qu’elle abonde en cascades entre les mailles et tuyauteries de l’urbanisation. Peut-être même que de telles déviations l’amusent. 

Mais nous qui vivons à l’échelle des siècles et non de millions d’années devons maintenir ensemble le bassin versant et ses communautés, afin que nos enfants puissent espérer se baigner un jour dans une eau pure et profiter de la vie qui gravite autour de ces rives que nous habitons.

Le cycle de l’eau inclut nos sources, nos puits, les systèmes karstiques de l’Étoile et de la Nerthe, les canaux acheminant la Durance et le Verdon, les galeries souterraines du dix-neuvième siècle, nos stations d’épuration et les gammares qui dansent dans la colonne d’eau. C’est la grenouille rieuse et la bergeronnette du ruisseau qui papotent dans les laisses de crues au dégrilleur de la SERAMM. 

L’intention de la Fête du ruisseau commence de manière modeste :”Essayons de prendre soin de notre ruisseau, de telle manière que le gammare puisse à nouveau danser dans la colonne d’eau”. En cultivant cette intention, on peut se retrouver à vivre beaucoup de choses : questionner avec nos corps dansants l’extraction de calcaire en amont, arpenter les projets de rénovations urbaines en aval, collecter les déchets et les histoires de la production industrielle dans les vallons affluents. Et peut-être même s’en faire des costumes pour chanter en cascade…

La Fête du ruisseau devient alors toute une série d’aventures et de rituels collectifs pour se relier aux problématiques locales et globales qui affectent la santé du cycle des gammares et de tous les vivants qui les accompagnent.

Si une foule de personnes se joint à l’effort – des riverain·e·s et habitant·e·s, des jardinier·e·s-cheminot·te·s qui cultivent entre le ruisseau et la voie ferrée, des personnels de l’industrie de carriers, de l’aménagement et des réseaux d’entreprises voisins, des artistes de la Cité des Arts de la rue ou d’ailleurs, des scientifiques qui ont appris à connaître et aimer le cours d’eau, des élu·e·s et des curieux·ses de leur territoire – quelque chose de nouveau et de joyeux pourrait bien émerger.

La Fête du ruisseau est organisée par l’ensemble des acteurs du collectif des Gammares en partenariat avec Lieux publics – centre national et pôle européen de création pour l’espace public, la commune de Septèmes-les-vallons, le centre social de la Gavotte Peyret, l’Espace jeunes Septèmes et la chèvrerie communale de Septèmes-les-vallons, Unis-cité, la Cité de l’agriculture, la Réserve des arts, la médiathèque Jorgi Reboul et la commune de Septèmes-les-Vallons, Sud Side, le FRAC PACA, Inspiral London, les artistes contributeurs, les riverain.es du ruisseau. Elle est soutenue par le SMBVH qui devient l’Etablissement Public d’Aménagement et de Gestion des Eaux (EPAGE) des bassins versants Huveaune-Côtiers-Aygalades (HuCA), l’Agence de l’eau RMC dans le cadre du contrat de baie de la Métropole Aix Marseille Provence pour la valorisation des milieux aquatiques et par le projet européen Nature For City Life porté par la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. Elle se déroule dans le cadre d’un Été aux Aygalades, de Rendez-vous aux jardins, d’un Dimanche aux Aygalades et de Calanques propres. Rien que ça !

SAMEDI 28 MAI 2022 ◦ Balade de l’aval

Balade collective : Habiter l’embouchure 

A partir de la station de métro Bougainville, une balade polyphonique dans ce qui fut le delta d’un fleuve, une zone arrière portuaire et aujourd’hui un ensemble de quartiers pris dans le périmètre de rénovation urbaine de l’établissement public Euroméditerranée.Par le collectif des Gammares et Hôtel du Nord, avec Louise Gras, Claire Chamarat, à la rencontre d’initiatives et d’habitant·e·s motivé·e·s.

10h à 17h- Gratuit sur inscription

WEEK-END DES 3, 4 ET 5 JUIN 2022◦ Confluences

◘ Vendredi 3 juin ◘ 
Une journée les pieds dans l’eau pour collecter les macro-déchets du ruisseau.

Opération Calanques Propres avec Mer-Terre -Jardin de la cascade des Aygalades – Cité des arts de la rue
9h30 à 16h avec un pique-nique partagé-Jardins du Cheminot 
Par l’association Jardinot et l’école de jardinage, avec Hôtel du Nord et Cap au Nord Entreprendre.
Ouvert à tous·tes sur inscription
-pour les jardins Cheminots :
sur le site Hôtel du Nord
-pour le ramassage à la Cité des arts de la rue : ruisseau@lacitedesartsdelarue.net 
9h30 à 16h avec un pique-nique partagé


Conférence : Redessiner le lit d’une rivière…
Avec Nicolas Debiais
Par la commune de Septèmes-les-Vallons
Comment redonner à Caravelle-Aygalades un cours plus naturel et propice à la vie ? Le Bureau d’études Biotec, spécialisé sur la restauration et la gestion des milieux aquatiques, nous donne quelques pistes, en partageant les résultats de l’étude qu’il a menée pour la commune de Septèmes-les-Vallons sur la trame turquoise.
18 h- Médiathèque Jorgi Reboul, Septèmes-les-Vallons


◘ Samedi 4 juin ◘
Découverte des jardins et des initiatives botaniques qui bordent les rives du ruisseau, dans le cadre de Rendez-vous au jardin.

Opération Calanques Propres avec Mer-Terre  
Septèmes-les-Vallons
3 points de ramassage et de caractérisation (Vallon du Maire, Septèmes centre et Notre Dame Limite), par l’AESE, l’Espace jeunes Septèmois et le centre social de la Gavotte Peyret. 
9h30 à 12h30 suivi d’un temps de caractérisation


Balade du Caprisun
Nous habitons dans une vallée où coule un fleuve qui change parfois de nom et disparaît souvent… Dans son lit s’écoulent des déchets, parfois grands comme un frigo, industriels comme un terril d’alumine ou emblématiques comme le Capri sun. Suivre la piste de la pochette brillante nous entraîne dans les méandres de la rivière…
Par le collectif SAFI et le Bureau des guides du GR 2013, le CIQ de St Antoine, l’AESE, l’Espace jeunes Septèmois et le centre social de la Gavotte Peyret.
9h à 17h – Gratuit sur inscription


À découvrir tout au long de la journée
La machine à renaturer par Les Arts de la crue, La Balade sonore du ruisseau, un Podcast in situ, une Bibliothèque sauvage du ruisseau par Jean-François Marc, des Matières à mémoires par C.Deschamps Prince & Nelo Gevers


Activités sur les rives
Des animations pour comprendre le ruisseau
11h30 – 17h Cité des arts de la rue – GratuitLes ateliers du ruisseau, la pêche aux gammares de Raymond par l’Association des Amis des Aygalades et l’ApCAR, le peuple de la rivière par Hôtel du Nord et le collectif des Gammares ainsi que le
Tarot du Ruisseau…


Spectacle Commandeau 
Par la Compagnie Pernette 
15h et 16h – Durée 15’ 
+ d’infos :  www.lieuxpublics.com


Initiation Trek Danse avec Robin Decourcy
Une séance-atelier pour découvrir la pratique du Trek Danse et préparer le grand partage des eaux qui aura lieu le samedi suivant du côté des sources dans le massif de l’Étoile.  
15h à 17h – sur inscription


Kara-EAU-ké
Chansons à partager
Cry me a river, L’eau vive, La pluie fait des claquettes… Des chansons qui évoquent l’eau nous en connaissons tous·tes. Et si on les chantait avec notre propre flow ? Nous sommes le peuple de la rivière, revêtons nos plus beaux déchets et célébrons le ruisseau en créant collectivement le show!
18h à 20h – Entrée libre


◘ Dimanche 5 juin ◘ 
Un Dimanche aux Aygalades 

Découverte du Jardin de la cascade et des rives du ruisseau
10h à 18h – Jardin de la Cascade des Aygalades, Cité des arts de la rue

Marché de producteurs locaux 
Avec la Cité de l’agriculture
10h à 15h30 

Conférence Voix d’eau 
Une conférence de plein air avec Frédéric Pitaval 
Par le Bureau des guides du GR2013
L’Appel du 5 juin !

Les activités du ruisseau
– Voir la programmation du samedi- 
On retrouve sur le marché les activités poétiques et scientifiques de la veille rejointes par la Manifestation des images de Geoffroy Mathieu.
10h-15h30 – Gratuit

Spectacle Vol Ephémère
Par la Cie les Têtes Bêches
12h30 – durée 30’ 

Bal Trad par Etienne Brochier (accordéon) et Sophie Couderc (violon)
15h à 17h

SAMEDI 11 JUIN 2022 ◦ Bal des Sources


Une journée dans les collines du massif de l’Étoile ou dans le vallon de Fabregoules en habitant collectivement l’amont du ruisseau.


◘ Version colline ◘

Trek Danse “Le partage des eaux”
Par Robin Decourcy 
avec Leïla Zitouni, Elodie Huet, Raphaël Caillens et le collectif des GammaresEt si le temps d’une randonnée, nos corps devenaient les gouttes au point de bascule de la ligne de partage des eaux? Et si la marche devenait liquide et torrentielle? Et si nos pas se rencontraient jusqu’à faire jaillir les eaux captives? Ouvert à tous·tes, sans nécessité de pratiquer la danse, l’expérience sera à la fois ludique, émotionnelle et nous ouvrira d’autres voies pour donner vie à notre communauté de bassin versant. Pratiques proposées : Duos empathiques, explorations occultes, murmurations, spectacle du réel, marches groupales…

Trek Danse – Piste Bleue conçue par Robin Decourcy et proposée par le Bureau des guides du GR2013 en coproduction avec Lieux publics. Production : association Avaleur.
10h à 18h – gratuit sur inscription


◘ Version vallon ◘

Pique-nique partagé dans le vallon
Ateliers et présentation des actions menées par le centre social de la Gavotte Peyret autour du ruisseau.
A partir de 12h – Vallon de Fabregoules, le long du ruisseau

La balade de Fabregoules par l’association Septèmes Mémoire et Patrimoine
A la fois nom de la vallée et d’un très ancien domaine de Septèmes, Fabregoules porte de nombreuses histoires croisant la géologie, l’histoire industrielle et le développement de la commune. Les habitant·e·s guideront cette balade à la découverte des premiers aménagements du ruisseau.
14h à 15h30- Vallon de Fabregoules

La saga du Turfu
Duo de clownes futuristes, écologiques et burlesques pour monde post-apocalyptique par la Compagnie à coucher dehors
15h30- Vallon de Fabregoules, bassin le long du ruisseau – Durée : 45’

©Pierre Tandille

Informations pratiques

28 mai - 11 juin 2022

Toute la journée

Adresses Bougainville Station de Métro Bougainville Jardins Cheminot 161 avenue Ibrahim Ali - 13015 Marseille (arrêt Paul Blanchard , bus 30) Cité des arts de la rue - Jardin de la cascade 225 avenue Ibrahim Ali - 13015 Marseille (arrêt Cité des arts de la rue, bus 30) Septèmes-les-Vallons, les points ramassage : - Vallon du Maire et 143 Av. du 8 mai 1945 avec l’EJS et le Centre social de la Gavotte Peyret. -Notre Dame Limite, RDV parking Piacenza avec l’AESE Septèmes-les-Vallons, les événements : Médiathèque Jorgi Reboul, 205 Av. du 8 mai 1945 La Balade du Capri Sun: Arrêt du bus 51 Septèmes Centre Le Trekdanse : parking au fond du Vallon de Freygières, chemin de Freygières La balade de Fabregoules et la Saga du Turfu: Vallon de Fabregoules, chemin de Fabregoules. Inscriptions Pour les balades, Trek Danse et conférences : www.bureaudesguides-gr2013.fr Pour les ramassages : www.hoteldunord.coop / ruisseau@lacitedesartsdelarue.net Pour se documenter et s’impliquer https://colibris-wiki.org/leruisseaucaravelleaygalades/?Accueil

Le grand air

UNE TRAVERSÉE DANS L’EST MARSEILLAIS

8h30 – 15h. D’une rive à l’autre, on y va à pied ?

Une balade de la Valbarelle au Centre hospitalier Valvert

En route pour une remontée vers le FAR EAST de la ville, un voyage pédestre pour se frayer la possibilité d’un déplacement, d’un dépaysement jusqu’à trouver au bout du Far l’expérience du proche et de la terre vivante. Prenons la marche et prenons l’Air, à plusieurs voix, en plusieurs tissages et trames !

À l’invitation du Bureau des guides du GR2013, avec des habitant·es impliqué·es de cet Est marseillais et l’association Rives et Cultures, nous partirons à la rencontre du Grand Air, de la Valbarelle jusqu’au parc du Centre hospitalier Valvert, pour clore la marche avec un temps de rencontre convivial et deux représentations artistiques.

Conception et coordination Bureau des guides du GR2013 avec les collectifs SAFI et Ici-M me [Gr.]. Journée imaginée en collaboration avec l’association Cultures Permanentes, les habitant.es de la Cité Michelis et l’association Rives & Cultures, la ferme pédagogique du Collet des Comtes et le Centre hospitalier Valvert. Invitation et participation à l’élaboration Théâtre La Cité.


15h30 – 16h30. Ce qui nous rend vivant

Une création partagée mise en scène par Julie Vileneuve

Au Centre hospitalier Valvert, je mène des rencontres artistiques ouvertes à tous : patient·es, soignant·es, personnes venant de l’extérieur. Je diversifie les matières : écriture, théâtre, danse, peinture. Chacun explore, de son endroit, avec son univers. Chacun allume sa petite torche pour tenter d’éclairer des parcelles du monde qu’il donne à voir aux autres. C’est avec ces bribes et l’immensité qu’elles contiennent que je travaille. Pas à pas, nous construisons un chemin. Nous vous invitons à venir partager un moment sur ce chemin. Nous ne savons pas encore où nous serons. Nous savons que ce sera authentique, poétique, empli de désir de vivre et de dire. Julie Villeneuve

• Mise en scène Julie Villeneuve. Avec la participation des patient·es et de l’équipe soignante du Centre hospitalier Valvert ainsi que des habitant·es du territoire. En collaboration avec l’association Ose l’art et la Fabrique musicale.


16h30 – 17h30. Goûter convivial

Dans le parc de l’hôpital


17h30 – 18h15. Francofolités

Un texte de Julien Mabiala Bissila sur une improvisation musicale libre de Grand8

Informations pratiques

21 mai 2022

8h30-15h

Tous publics - Lieu de départ Cité Michelis, av. de Tarascon, Marseille 11e - En pratique Une balade d'une journée. Pas de difficulté particulière. Accueil petit-déj à partir de 8h30 pour un départ à 9h. Arrivée à Valvert à 15h. Prévoir un pique-nique, pour soi ou à partager, de l'eau et de bonnes chaussures. - Indications d'accès Une feuille de route sera communiquée aux inscrit·es quelques semaines avant l'événement.

Penser à partir du paysage

Pour sa septième saison de conférences, Opera Mundi propose de porter attention à la valeur sensible ainsi qu’à la puissance active des paysages, et d’ouvrir nos champs de réflexions et nos imaginaires aux nouveaux récits qu’ils réclament.

Lieu et espace d’expérience où nous vivons, percevons et pensons, témoin des transformations du monde, des crises
qui le traversent et des interactions qui s’y déploient, le paysage est un milieu où cohabitent humains et non humains, en
même temps que « le miroir d’aspirations et de nouvelles pratiques pluridisciplinaires ».

Le Bureau des guides s’associe à Opera Mundi pour proposer deux conférences marchées chaque année : une au printemps et une à l’automne afin que la pensée raisonne dans les paysages.

Marcher avec le Paysage
Avec Alexis Zimmer, Historien de la santé et de l’environnement 
Le 22 mai 2022 à 10H

Les territoires et milieux dans lesquels nous vivons nous font. Il convient de prendre cet énoncé de façon littérale. Ces milieux façonnent nos imaginaires, nos modes de pensée et de sentir, mais aussi nos corps, nos biologies, nos santés. L’enjeu de cette balade est de nous rendre sensible à la façon dont, très concrètement, nos organismes et nos environnements se façonnent réciproquement et à la façon dont les histoires réciproques de nos sociétés et de nos environnements permettent d’en saisir certains aspects.

Informations pratiques

22 mai 2022

Tout public, à partir de 15 ans – Gratuit Pique-nique tiré du sac Départ : gare de Marseille 8h46 et arrivée à 09h38 à la gare de Martigues Lavéra, départ de la balade ​​​​ Arrivée : gare de Martigues La Couronne pour le train qui revient à Marseille à 17h25

Inspirations lichéniques

Mesurer la qualité de l’air à travers l’observation des lichens

La qualité de l’air est un enjeu majeur du développement des territoires, compte tenu du lien entre les expositions aux polluants atmosphériques et l’état de santé des populations.

L’Institut écocitoyen (IECP) conduit depuis 2011 un suivi de la pollution atmosphérique par l’étude et l’analyse des lichens, on parle de biosurveillance lichénique. Un tel suivi permet une approche complémentaire aux analyses instrumentales réalisées par les acteurs scientifiques ou le réseau de surveillance de la qualité de l’air. Sans être aussi précis que des données issues de mesures physico-chimiques, les résultats de cette action montrent concrètement les niveaux d’exposition (bioaccumulation) et l’impact à long-terme des polluants atmosphériques sur la communauté lichénique (bioindication), sur une échelle géographique étendue. 
La première campagne d’étude, conduite en 2011, a tout d’abord concerné les zones proches des principaux émetteurs de pollution, notamment les villes de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône. Aujourd’hui, c’est un suivi trisannuel qui est organisé sur la totalité du territoire métropolitain, d’Arles à Aix-en-Provence, incluant Marseille, Martigues, Istres, les Alpilles… Si en 2011 les chercheurs de l’IECP étudiaient 13 stations, ils en suivent 41 en 2021.

MARCHES EXPLORATOIRES

Le GR2013 comporte des stations d’observation lichénique appartenant au réseau de biosurveillance de la qualité de l’air développé par l’Institut Ecocitoyen (IECP). Ce réseau a permis de produire une cartographie des cumuls d’expositions aux polluants atmosphériques et d’évaluer leurs impacts sur la biodiversité lichénique. Des citoyens volontaires, formés aux méthodes d’observations, participent à cette biosurveillance de la qualité de l’air (Observatoire citoyen de l’environnement – VOCE). En effet, l’IECP a crée en 2010 un Observatoire Citoyen de l’Environnement, avec le soutien du Ministère en charge de l’écologie et du développement durable, labellisé en 2012 par la commission pluraliste REPERE sur les sciences participatives. Plusieurs actions sont actuellement déployées sur le territoire de la métropôle Aix-Marseille-Provence, dont l’action LICHEN qui vise à collecter des données sur la diversité et l’abondance lichénique, en impliquant directement les habitants dans l’observation scientifique

Au printemps 2022, des randonnées thématiques à l’échelle métropolitaine seront proposées au public pour marcher le nez au vent et saisir ce qu’il y a dans l’air que nous respirons. Guidées par l’artiste Côme di Meglio et avec l’aide des scientifiques de l’IECP, nous apprendrons à apprécier la qualité de l’air par une série de mesures scientifiques (capteur DIAMS) complétées par l’observation des lichens.

© Côme Di Meglio

4 dérives lichéniques
 

#1  Hydratation / vendredi 03 Juin – la Sainte-Victoire (inscription ici

#2  Combustion / mardi 14 Juin – la Nerthe (inscription ici

#3  Digestion / vendredi 24 Juin – l’Arbois (inscription ici)

#4  Consommation / vendredi 1er juillet – Marseille (inscription ici

Des capteurs DIAMS sont disponibles. Afin de pouvoir commander un capteur de particules fines pour un prêt d’une durée de 3 mois, téléchargez l’application « AirDIAMS ». 

Apple : https://apps.apple.com/fr/app/airdiams/id1546113115

Android : https://play.google.com/store/apps/details?id=org.atmosud.DIAMS

Ces marches sont proposées dans le cadre du projet AIRWALK, financé par le programme DIAMS et porté par l’Institut Ecocitoyen en partenariat avec le Bureau des guides du GR2013.  DIAMS (Digital Alliance for Aix-Marseille Sustainability/Alliance numérique pour le développement durable d’Aix-Marseille), offre l’opportunité au territoire métropolitain d’expérimenter de nouvelles façons d’appréhender la qualité de l’air tout en développant des solutions innovantes. DIAMS est un projet de la Métropole Aix-Marseille-Provence cofinancé par le programme UIA (Urban Initiative action) et soutenu par l’Union Européenne.

Informations pratiques

03 juin 2022

#1 Hydratation vendredi 03 Juin - la Sainte-Victoire une marche depuis le centre-ville d’Aix vers le Tholonet et les pentes de la Sainte-Victoire (11,5 km) Départ de la marche à 9h15, depuis la Gare SNCF Aix-en-Provence. (Transport possible par le TER de 8h23 depuis la gare Saint-Charles) Retour vers la gare d’Aix-en-Provence par le bus 13 en fin de journée (vers 17h). _ Prévoir de bonnes chaussures de marche, un picnic et de l’eau ainsi que des vêtements adaptés à la météo. #2 Combustion mardi 14 Juin - la Nerthe une marche depuis la gare de Lavera vers la plage de la Couronne à travers le massif (12 km) Départ de la marche à 8h45, depuis la gare de Lavéra. (Transport possible par le train de la Côte Bleue de 7h49 à la Saint-Charles) Retour par la gare de la Couronne-Carro, vers Marseille par le TER de 17h25 ou vers Martigues Lavera par le TER de 17h14. _ Prévoir de bonnes chaussures de marche, un picnic et de l’eau ainsi que des vêtements adaptés à la météo. #3 Digestion vendredi 24 Juin - l’Arbois une marche depuis la gare d’Aix TGV vers le rocher de Vitrolles , à travers les vallons du plateau de l’Arbois (13 km) Départ de la marche à 8h30 sur la passerelle au-dessus des rails de la gare TGV d’Aix-en-Provence. (Transport possible par le TGV de à 8h10 à Marseille Saint-Charles) Retour vers 17h depuis la gare routière de la Pierre Plantée à Vitrolles, vers Marseille Saint-Charles par le cartreize 88 ou vers la gare d’Aix-en-Provence TGV par le bus 211. _ Prévoir de bonnes chaussures de marche, un picnic et de l’eau ainsi que des vêtements adaptés à la météo. #4 Consommation vendredi 1er juillet - Marseille une marche entre le Parc de Fontobscure et le vallon de la Barasse par les traverses Marseillaises (15 km) Départ de la marche à 8h30 à l’entrée du Parc (avenue Prosper Mérimée, à l’arrêt des bus Centre-Commercial du Merlan, lignes 27/32/33/34) Retour vers 17h par la gare TER de la Barasse vers Marseille Saint-Charles. _ Cette marche de clôture du cycle AIRWALK est destinée aux randonneurs courageux. Prévoir de bonnes chaussures de marche, un picnic et de l’eau ainsi que des vêtements adaptés à la météo. Une ombrelle (ou un parapluie) est appréciable pour marcher au frais.

La nature de la canne

Une balade-atelier avec le Collectif SAFI le 22 juin 2022

Originaire de la vallée de l’Indus (à l’est de l’Inde), Arundo Donax accompagne le développement de nos sociétés depuis la nuit des temps. Lors de la marche, observons son écologie, ses usages et ce qu’elle raconte des mouvements de terre. Puis passons à la pratique, la collection d’outils conçue par le Collectif SAFI invite à couper, refendre, mettre en forme et valoriser ce bio matériau perçu aujourd’hui comme invasif, qui peut se révéler plein d’avenir si on apprend à dialoguer avec lui.

Et aussi Samedi 25 juin 2022

16h – Conférence Abécédaire® avec la botaniste Véronique Mure (École Nationale Supérieure du Paysage) Joignez-vous à la discussion entre de jeunes « naturalistes en herbe » et la botaniste Véronique Mure autour de leurs ateliers sur la canne de Provence et venez découvrir les richesses du monde végétal.

Une conférence Abécédaire® d’Opera Mundi en partenariat avec la médiathèque Salim-Hatubou, le Collectif SAFI, l’ACELEM et l’École de la 2e Chance de Marseille dans le cadre du projet « Les Naturalistes en herbe » soutenu par la DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Métropole Aix-Marseille Provence. À partir de 6 ans.

Médiathèque Salim-Hatubou : 1 rue des Frégates, Marseille 15e
> Gratuit sur réservation : 04 13 94 83 92

Informations pratiques

22 juin 2022

10-17h

Pour la balade atelier rendez-vous au ZEF- Gare franche pour un café à 10h le 22 juin 2022 Prévoir un pique-nique, de l’eau, un chapeau et de bonnes chaussures, et si vous avez : 1 canif ( type opinel) 1 paire de gant et 1 sécateur