Clémentine Henriot

Paysagiste visionnaire

Son goût pour l’hybridation des disciplines, ainsi qu’une interrogation sur « notre place dans l’espace », sont nés aux débuts de sa formation à l’école des Beaux-Arts, et ont trouvé leur sens ensuite à l’Ecole du Paysage de Versailles, où elle a découvert l’épaisseur des sites. Après plusieurs années d’exercice en agences d’architecture, elle s’installe à son compte en créant le collectif Trajectoires (prix 2014 des Albums des Jeunes Architectes et Paysagistes, décerné par le Ministère de la Culture.)

Depuis 2015, elle poursuit seule son activité, en ne se limitant plus au cadre professionnel proposé par les marchés publics. Aménagement de territoire et d’espaces public, mais aussi création de jardin, travail collaboratif et écriture sont désormais, des aspects complémentaires d’une seule démarche. Elle tente ainsi de donner à sa pratique une forme d’ensemble sur la base des hypothèses de travail suivantes : 

Travailler avec le paysage envisagé comme une matière croisant questions environnementales, sociales et culturelles, pour penser collectivement des conditions de vie en commun.

Travailler dans le paysage envisagé comme une invention essentielle de la culture occidentale, un laboratoire vivant où s’exerce la tension entre Sujet et Société, dans la manipulation matérielle et symbolique d’un donné topo-historique. 

Travailler depuis la dimension affective du paysage et sur son pouvoir imaginaire, pour interroger la fabrication d’un réel qui fait consensus.

Hélène Dattler

Scénographe iconoclaste

Architecte de formation, Hélène Dattler est à la fois scénographe, metteur en scène, coordinatrice, danseuse, performeuse, plasticienne. Elle se met délibérément au service d’une architecture qui se construit sans matériaux pérennes. Elle s’engage sur des projets artistiques diversifiés – notamment avec l’association Empreinte – pour multiplier les expériences et les rencontres, à destination de tous les publics.

Au sein notamment de l’ANPU, elle invente des formes d’expositions poétiques et plastiques, créé des films drolatiques, le tout en lien avec de véritables problématiques de territoires (le moustique, la montée des eaux…). Elle joue également un rôle important de médiation sur le terrain, à la rencontre des publics, tant pour le recueil de matériaux que la transmission.

Elle propose régulièrement des ateliers mêlant l’architecture, le paysage, la danse et le lien aux objets. Le corps devient un lieu d’expérimentation. Performance… Expérience… Improvisation… Invitant les participants à s’inscrire dans un processus de création éphémère dont ils sont la matière principale. L’objet, la construction deviennent alors des vecteurs, des continuums des corps. Créer des cabanes éphémères, habiter des matières et des objets… sont autant de projets avec les enfants et les adultes de tous âges et tous horizons qui offrent cette richesse d’exploration. Hélène est un passeur qui laisse des traces éphémères et sensibles.

Youth Land from Le Citron Jaune

Laurent Petit

Chercheur para-scientifique et psychanalyste urbain

Laurent Petit est auteur, performeur, ingénieur de formation devenu chercheur para-scientifique et psychanalyste urbain…Après une brève carrière d’ingénieur, Laurent Petit se lance dans le monde merveilleux du spectacle en étant tout d’abord d’abord jongleur puis clown de supermarché. La rencontre avec Eric Heilmann et ses travaux sur les liens entre Mickey la souris et Michel-Ange va lui permettre de jeter les bases d’un genre nouveau, le spectacle para-scientifique, genre où le vrai et le faux se mélangent tellement bien que le public finit par en perdre son latin.C’est à la suite de la rencontre avec le collectif d’architectes Exyzt que va naître la première science poétique digne de ce nom qu’est donc la psychanalyse urbaine. Il fonde l’ANPU (agence nationale de psychanalyse urbaine) qui produit enquêtes et mise en formes artistiques sur l’état psychique des territoires.Depuis quelques années il chemine sur le GR2013 confrontant ses sciences poétiques aux paysages complexes du territoire périurbain.

Robin Decourcy

Trekdanseur techno-archaïque

Robin Decourcy est un auteur, chorégraphe et artiste visuel français, créateur des Trek Danse.Formé à la Villa Arson et aux Beaux Arts de Mexico, sa pratique in situ, s’est modifiée au cours de ses voyages en Asie, en Amérique Latine et de plus en plus en Amérique du Sud. Sa rencontre en tant qu’assistant ou stagiaire avec les super héros-ïnes de la Post-Modern Dance, de Fluxus, de la Poésie sonore mais aussi du théâtre et de la littérature le mène à intégrer des techniques d’improvisation et de partition en temps réel. Son travail est régulièrement présenté sous forme d’expositions, de pièces en festivals, centres d’art, théâtres et centres nationaux chorégraphiques, tel le Trek Danse depuis 10 ans. Influencé par la scène techno, traditionnelle et expérimentale, ainsi que l’enseignement des peuples-racines, Robin Decourcy applique différentes alternatives de relation à notre environnement par de grandes performances inclusives. Alliant des processus éthologiques et micro-politiques, son approche fait l’objet de conférences et de publications, s’associant à un art dit »éco-somatique ». Il coopère pour cela avec de nombreux créateurs-trices, artistes de la rue, de la danse, du cirque, compositeurs-trices, cinéastes ainsi que praticiens-ennes et chercheurs-euses.

www.avaleur.net/trek-danse

Paul-Hervé Lavessière

Géographe-urbaniste, dompteur de tracé

.

Né en Charente en 1987, Paul-Hervé Lavessière est géographe-urbaniste. Après quelques années en bureau d’étude à Bruxelles, il écrit La Révolution de Paris (Wildproject, 2014), récit de voyage dans le Grand Paris, récompensé du Prix Haussmann. En 2014, il cofonde l’association Sentiers Métropolitains au sein de laquelle il participe à la création de plusieurs Sentiers Métropolitains (Paris, Tunis, Avignon…) ainsi qu’à l’organisation de workshops et projets artistiques et culturels mêlant écriture et design d’itinéraire.

Le sentier du grand Paris

Interview de Paul Hervé Lavessière : guide au sein du programme Nature For City Life

Hôtel du nord

Habitants aimant penser avec leurs pieds.

A Marseille, il est des quartiers où se cachent des trésors d’histoire et de culture, un patrimoine foisonnant et souvent méconnu que des habitants révèlent, fouillent, interrogent et nous invitent à découvrir.

Avec eux, vous pouvez séjourner en chambres d’hôtes ou en gîtes, participer à un séjour solidaire, vous balader autrement, consommer des produits locaux ou découvrir des textes, des images et des sons, issus de leur recherche passionnée menée sur leurs quartiers.

Hôtel du Nord vous propose des situations à vivre pour rencontrer cette hospitalité en mouvement !

Imaginé en 2009, testé en 2010 au Nord de Marseille, Hôtel du Nord est depuis janvier 2011 une coopérative d’habitants. Elle a pour objectif de promouvoir la valeur sociale du patrimoine et la valorisation des quartiers sur lesquels elle œuvre principalement.

Pour que patrimoine et hospitalité se conjuguent au présent, Hôtel du Nord obéit à un principe simple : on vend ce que l’on produit, on produit ce que l’on vend, dans l’intérêt de ceux qui vivent dans ces quartiers, y travaillent ou y séjournent.

www.hoteldunord.coop

Christophe Galatry

Photographe arpenteur de passages infranchis.

Christophe Galatry mène un travail photographique, vidéographique et multimédia depuis 1991.

Ce travail se veut une investigation de l’identité dans son sens intime et  joue sur le rapport entre apparition et disparition, à la frontière entre oubli et inconscient. Avec le collectif PCPI (Parce Ce Passage Infranchi) qu’il fonde avec des artistes ayant développé des créations polymorphes (photographies, vidéo, sonores, plastiques, corporelles) sur les îles du Frioul en 2004 et 2005, il développe les promenades métropolitaines Sauf …  (Territoires) au cours desquelles créatifs, penseurs et citoyens curieux se retrouvent le temps d’un parcours exploratoire, notamment dans les territoires à l’ouest de l’étang de Berre et de Fos-sur-Mer jusqu’à Port-Saint-Louis-du-Rhône.

Leur projet phare – le Tétrodon – est un projet de réhabilitation d’un objet mobile et modulaire servant à accueillir les travailleurs qui ont construit la ZIP.

Le blog du Tétrodon :
www.passage-infranchi.org/blog/

La Folie Kilomètre

Collectif de création en espace public.

Basée à Marseille, La Folie Kilomètre est un collectif fondé en 2011. Elle regroupe des artistes issus du spectacle vivant, des arts plastiques et de l’aménagement du territoire.

À la croisée de ces pratiques, le collectif imagine des expéditions, spectacles, promenades et ateliers. De la cartographie sensible à la création sonore, de l’installation visuelle au tableau vivant, les disciplines dialoguent et leurs contours se fondent dans un langage métissé. Monumentales ou minuscules, ses interventions jouent avec les échelles des lieux et les niveaux de lecture.

Parcours poétiques imaginés pour les lieux qu’ils traversent leurs interventions liées à la marche allie spectacle vivant et installations plastiques. Elles placent le marcheur au cœur de la promenade. Cartes sensibles, accessoires de marche, mots paysages et tableaux habités constituent leur vocabulaire.

www.lafoliekilometre.org